DEVENIR MEMBRE      SE CONNECTER

Article

POUR NORBERT FRIOB, ENTREPRENEUR, LE BIEN-ETRE NE TOMBE PAS DU CIEL

Norbert Friob est un des plus grands entrepreneurs du Luxembourg, créateur de Prefalux, il est aussi à l’origine, ou a participé, à la création d’une cinquantaine de sociétés. La pension n’a pas entravé sa curiosité naturelle et son attention au monde qui l’entoure. Il reçoit GenerUp pour raconter son histoire et partager son expérience avec beaucoup d’enthousiasme.

Le chemin du succès est semé d’embûches, mais on apprend beaucoup ! Autodidacte, d’un esprit curieux, Norbert Friob observe le monde qui l’entoure et pense par lui-même. Parti de rien, il a dû arrêter ses études tôt pour des raisons économiques. Il ne cesse jamais, avec discipline, d’étudier, comme en 2012 où il apprend le Néerlandais pour le Rotary, dont il devient Gouverneur de District en 2013-2014. Il met les choses en perspective quand on l’interroge sur les opportunités d’entreprendre, il y a cinquante ans, dans les années 70. Pour Norbert Friob, ce qui est différent aujourd’hui, c’est une multitude de réglementations qui rendent les choses plus compliquées mais, par contre, il y a beaucoup d’aides qui n’existaient pas dans le passé. La stratégie qu’il a suivie et nous enseigne, c’est de ne pas miser sur un seul cheval mais plutôt de s’adapter à la demande : « Il faut toujours se demander où est le besoin, et puis y aller ! ». Norbert Friob prêche également la capacité de se remettre en question, d’apprendre par l’erreur, de s’interroger : « Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? J’ai un modèle de magasin mais dix ans plus tard, il faut restructurer : le magasin est trop petit, ou bien on est trop généraliste, pas spécialisé, le modèle ne fonctionne plus. » Avec 50 entreprises crées ou co-créées, sa plus belle réussite reste Prefalux : « La première entreprise importante dont je suis le plus fier, devenue leader sur le marché. » Et ce n’est pas de la réalisation la plus prestigieuse de Prefalux dont il nous parle, mais c’est d’une prouesse technique, un projet belge réalisé en 2007 en Antarctique : la station polaire Princesse Élisabeth en Antarctique

A l’origine de cette success story, Norbert Friob parle des valeurs indispensables que sont le travail, le partage et l’abnégation. « Quand on me demande les chances de succès d’un projet, je réponds qu’il y a trois points pour réussir : le travail, le travail et le travail (…) Pour le commerce, ce qui est important ? L’emplacement, l’emplacement, l’emplacement… On peut avoir le meilleur produit, s’il se trouve à la campagne alors que le client est ailleurs, ça ne marche pas. C’est un peu simplificateur mais c’est la réalité. » À l’investissement et à l’implication personnelle, Norbert Friob ajoute le facteur humain qui est aussi primordial et essentiel pour réussir. Concrètement, il s’agit pour lui de choisir un bon partenaire, qui soit complémentaire, contrairement à ce que beaucoup font. Souvent deux personnes qui font le même métier s’associent et, au fil du temps, les visions divergent et la collaboration se complique. Pourquoi s’associer ? Il répond avec humilité qu’il y a rarement dans une personne toutes les qualités voulues pour mener une entreprise au succès. En plus d’une complémentarité sur le plan professionnel, il est nécessaire de partager avec ce partenaire, des valeurs éthiques et morales : l’honnêteté, la tolérance et le respect. Enfin, faire preuve d’abnégation est indispensable, l’argent ne doit pas être l’élément premier. Grand sourire, Norbert Friob souligne un dernier point fondamental, il faut être convaincu et convainquant certes, mais sans enthousiasme, ça ne fonctionne pas. Parmi les compétences du savoir-être dans l’entreprise, l’enthousiasme est primordial pour communiquer avec ses collaborateurs, ses clients et tous ses partenaires. 

Ce qu’il veut transmettre à la nouvelle génération ? « Le bien-être ne tombe pas du ciel. Il ne faut pas se contenter de rêver mais essayer de concrétiser ses rêves. » Il invite ceux qui cherchent le travail sans risque à tenter l’aventure excitante de l’entreprenariat. Bien sûr, il y a des déceptions mais si on y arrive, la satisfaction que l’on obtient alors est inestimable. Lors de sa gouvernance du District 1630 du Rotary, il organise à Luxembourg un séminaire pour la jeunesse. Il choisit pour sujet le problème énergétique. Il pose un regard bienveillant sur la nouvelle génération à laquelle il demande alors de se concentrer sur l’énergie renouvelable et d’analyser l’éolien ou le photovoltaïque : « J’étais étonné de voir ce que les jeunes de 18 à 25 ans arrivaient à faire l’espace d’un week-end, sans être qualifiés pour certains. Ils ont compris que les énergies traditionnelles vont disparaître un jour, ils ont saisi la problématique du stockage de l’énergie et de la recherche des matières premières.» Norbert Friob plaide pour une formation généraliste car, pour lui, se spécialiser peut être un obstacle. Aujourd’hui, les choses changent tellement, comme les opportunités, il faut privilégier le learning by doing : « On vous propose un poste et vous ne connaissez pas tout ? Foncez, bossez et devenez un expert ! » Il ne faut pas avoir peur d’attaquer de nouvelles choses, nous lance celui qui a parcouru son chemin avec tant d’énergie. 

Loin d’affecter son optimiste légendaire, la période incertaine du confinement a été pour Norbert Friob un des meilleurs moments de sa vie. Celui qui est habitué à vivre à cent à l’heure, selon son expression, a profité de cette parenthèse en restant au calme chez lui pour tirer parti des choses simples que la vie lui apporte. Evidemment, il est préoccupé par les dégâts que cette crise va occasionner aux entreprises qui étaient déjà en situation précaire auparavant. Associés à l’initiative de l’ONG Soroptimist,Norbert Friob et sa femme se sont mis à la couture et ont participé à l’effort de solidarité en confectionnant une centaine de charlottes et de masques pour les hôpitaux. 

Le secret de son enthousiasme et de son dynamisme ? Norbert Friob nous le livre pour conclure cet entretien : il faut continuer à faire quelque chose où l’on se sent utile, que l’on considère intéressant et où l’on apprend quelque chose, bref se donner une raison d’être. Et vous, faites-vous partie de cette génération 50+, active et optimiste, qui redéfinit les règles ? Si vous êtes GenerUp, abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez l’aventure EN DEVENANT MEMBRE.

A découvrir aux Editions Dots Norbert Friob: Tête-à-tête(s) avec un enthousiaste de Anne-Claire Delval et Jean-Michel Gaudron

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Recevez notre happy News dans votre boite mail